Thomas, 28 ans

« 
Cela ne sert à rien de crier : je dois voir tes lèvres ! »


J'adore danser. Avant tout la salsa. C'est pourquoi j'aime aller à des soirées de danses latines. À cause de la musique très forte les discussions sont astreignantes pour les malentendants. Si les espaces sont très bruyants, nous ne pouvons pas nous focaliser sur une discussion et tout devient embrouillé. Si quelqu'un veut me dire quelque chose il s'approche de mon oreille. Très souvent trop près, et là je le repousse. Je dois toujours voir le visage de mon interlocuteur afin que je puisse lire sur ses lèvres. Venir tout près ne sert à rien ... et crier non plus.

« S'il-vous-plaît parlez distinctement. »

Je suis dépendant d'une aide à l'audition. Je suis extrêmement sourd  je porte 2 prothèses auditives et un implant cochléaire. Ces derniers me sont indispensables dans mon travail au quotidien et, je ne peux pas me permettre d'oublier d'avoir des piles de rechange. De devoir sans arrêt tout capter et  comprendre demande beaucoup d'énergie de ma part et cela me fatigue.


J'ai cet handicap depuis l'âge d'un an. À cette époque j'ai eu une grippe intestinale qui s'aggrava de plus en plus. Après une opération je reçu des antibiotiques. Probablement qu'un effet secondaire mit à mal mon système auditif. Comme j'étais encore un bébé je ne l'ai heureusement pas réalisé.

Je dirais que j'ai une belle vie. Si mon entourage est heureux, alors je le suis aussi. Je suis volontiers  de sortie avec mes amis. Je fais avant tout du sport,du  volleyball du unihockey, en hiver du snowboard et puis de la danse qui est une activité tout aussi sportive et qui fait transpirer.

Ce que je me souhaite ? Personnellement je serais heureux de fonder une famille avec une chouette femme. Professionnellement je suis déjà très satisfait. Je travaille en tant que chef de projet en technique du bâtiment. J'ai eu beaucoup de chance lorsque je dus faire le choix d'une profession. La recherche d'une place d'apprentissage en tant qu'installateur sanitaire ainsi que la formation supplémentaire en tant que technicien du bâtiment se passèrent sans problèmes. Grâce à des stages les employeurs ont reconnu que la communication non seulement était possible, mais aussi qu'elle fonctionnait bien.

« Moins on entend et plus c'est difficile. »

En tant que malentendant j'avais toujours l'impression de devoir en faire davantage pour pouvoir participer. Il y a tellement de préjugés face aux malentendants. Ils n'entendent rien donc il n'ont rien dans la tête.  La raison est pourtant tout autre ! Ils n'ont tout simplement pas entendu ce qui a été dit. Cela ne veut pas dire qu'ils sont moins intelligents !

En fait on ne devrait même pas en parler, mais cela me tient vraiment à cœur. Les sourds et les malentendants sont tout aussi capables que les autres personnes. Ils peuvent sans aucun doute être très qualifiés et être de très bons employés. Pour les défis posés par la communication, des solutions peuvent être trouvées. Quelques uns compensent leur déficit auditif par une excellente vision.

Dans la société le handicap est considéré comme quelque chose de spécial : le handicap est synonyme de pas normal. On doit transformer, changer les handicapés pour qu'ils deviennent normaux. Il semble que ce soit du devoir des handicapés de s'adapter. Je trouve que les efforts de rapprochement doivent se faire des deux côtés. En Suisse il y a encore vraiment beaucoup à faire pour l'accessibilité des personnes malentendantes. 

« Nous sommes capables de beaucoup … nous communiquons juste moins bien. »