Samael, 35 ans

« Suis-je debout sans bouger personne ne le remarque et si je fais de la musique personne ne l'entend. » 

Dans notre société le handicap est depuis toujours un tabou. Et pourtant cela concerne chacun de nous. Chacun devrait réfléchir à ce que signifie pour lui le handicap et pas seulement ceux qui en sont touchés. Faire une vraie réflexion sur sois-même fait prendre conscience des tabous, dévoile les lacunes. Pour changer ça cela commence par sois-même.Depuis ma naissance je vis avec un handicap physique – une parésie cérébrale. Elle est caractérisée par des dysfonctionnements du système nerveux et de la musculature. Mes points forts et mes points faibles font de mon existence un voyage fait de découvertes. 

A travers mes voyages je découvre le monde d'une façon plus intense. Je me souviens de nombreux moments aussi beaux qu'exceptionnels au Népal, en Indes, à New York, Cuba et Porto Rico. À travers mon ouverture d'esprit et mon enthousiasme je découvre jour après jour à quel point l'être humain est unique. 

Je travaille en tant que masseur et thérapeute en réflexologie plantaire ce qui me remplit de satisfaction. Je suis conscient que plusieurs personnes me croient incapable de faire ce que je fais car, lorsque je parle on entend et, lorsque je marche on voit mon déficit. Lorsque je réfléchis à mon avenir, à mon travail et à ma formation, mon handicap m'apparaît alors comme une grande contrainte. C'est pourquoi je m'efforce de vivre dans le présent ainsi diminue mon sentiment d'être et de devenir handicapé. Même si beaucoup regardent seulement mes déficits physiques et me sous-estime, je travaille depuis plus de 15 ans en tant que masseur indépendant et je suis régulièrement des formations continues. L'injustice et le manque d'égards, pas seulement à mon endroit, mais aussi envers les autres que la société considère comme étant faibles me met hors de moi.

« Je veux être heureux. Cela fait longtemps que je me suis réconcilié avec mon état. »

Il y a de nombreux moments où je me sens heureux. C'est une forme de contentement lorsque je réalise et apprécie ce que j'ai obtenu dans ma vie jusqu'à maintenant. Avoir des objectifs à atteindre sont quelque chose à avoir dans l'existence. Mon handicap a fait que je mène une vie en étant attentif à mon corps et où la spiritualité tient aussi sa place. Dans ce sens mon état de santé est un facteur très important. Ce que je veux dire avec ça, c'est que de mener une vie équilibrée, de prendre soin de soi aussi bien mentalement que spirituellement est crucial.

Précisément cet équilibre, cette balance est toujours et encore un défi pour moi. Il m'est difficile de faire tout ce que j'ai prévu car j'ai souvent trop de choses en tête et, lorsque j'y arrive je le savoure d'autant plus. Cela représente un challenge dans mon quotidien, comme une invisible barrière à franchir.

« Au sein d'un groupe j'évite de parler. Je préfère faire de la musique. »

C'est avant tout lorsque je parle avec plusieurs personnes que je prends conscience de mon handicap. Par exemple lors d'un repas avec plus de 5 personnes, lors de sorties ou lorsque je suis DJ. J'ai de la peine à communiquer avant tout lorsque des gens que je ne connais pas sont présents. Dans mon temps libre je suis DJ et je préfère m'exprimer à travers la musique qu'à travers des mots. Avec la musique je ne me sens pas handicapé. Mais lorsque je n'en fais pas je ne parle pas beaucoup. Ceci même si des gens voudraient communiquer avec moi. Discuter est pour moi et mon vis-à-vis difficile et demande de la concentration des deux côtés car je ne parle pas d'une manière fluide mais lentement et indistinctement. Avant tout c'est la lenteur du rythme qui gêne et la conversation se termine rapidement. Dans de telles situations mon handicap fait que je me sens infirme car il me restreint dans mes échanges avec les autres. 

« Chaque être humain a des capacités. Elles doivent être intégrées au cas par cas afin que toutes les parties prenantes puissent en profiter. »

www.massage-basel.ch

www.kraftatelier.ch